Des gardiens de but de la ligue mexicaine s’engagent contre le racisme22 juillet 2007

En avril, le club de Pachuca est sorti vainqueur de la Coupe des Champions CONCACAF aux tirs au but, et à ce titre, s’est qualifié pour la Coupe du Monde des clubs FIFA 2007, laquelle aura lieu en décembre au Japon. Miguel Calero, gardien et capitaine de l’équipe, a contribué d’une manière déterminante à la victoire. Le gardien de but de l’équipe nationale colombienne forme depuis 2000 l’épine dorsale du club de football Pachuca, lequel est devenu champion de la ligue mexicaine à la fin mai.

Avec ses collègues Oscar 'Conejo' Pérez, ancien gardien de but de l’équipe nationale mexicaine, et Emmanuel Gonzalez du club Tigues Mexico, Calero s’engage contre le racisme dans le football mexicain. L’initiative « Nous devons arrêter le racisme comme nous arrêtons les buts » est soutenue par RINAT, l’unique marque mexicaine de gants de football, qui souhaite également à l’avenir participer à la campagne FARE.

Oscar Sanchez de Vienne a interrogé pour FARE les trois gardiens sur les motifs de leur action.

Miguel Calero (Pachuca et Colombie)

Le racisme existe-t-il dans le football mexicain ? Au cours de ta carrière, as-tu fait l’expérience du racisme ?
À part le fait que les gens me traitent parfois de « cocalero » ou de « dealer » lors de matches en Amérique du Sud, je n’ai pas été confronté au racisme.

Dans quel club as-tu commencé ta carrière professionnelle ?
Au « Deportivo Cali », lorsque j’avais 16 ans.

De quels buts te rappellent-tu en particulier ?
Je me souviens du but d’un attaquant de la Juventus de Turin. Je ne me appelle plus son nom, mais son but me fait encore mal aujourd’hui.

As-tu des projets pour l’avenir ?
J’aimerais entraîner les gardiens de but et créer une collection de gants pour la marque « Rinat de México ».

Que signifient les gants pour toi ?
Ils sont comme mon bras droit, avec eux je me sens comme un poisson dans l’eau.

Que peuvent faire les joueurs contre le racisme ?
En tant que footballeurs, nous devons servir de pionniers et bannir le racisme non seulement du football, mais aussi de la société. Nous devons arrêter le racisme, comme nous arrêtons les buts.

Oscar 'Conejo' Pérez (ancien gardien de but de l’équipe nationale du Mexique)

Que doit faire le football contre le racisme ?
Il ne faut pas laisser de place au racisme, les comportements racistes de la part des supporteurs doivent être interdits. Le racisme dans le football ne doit pas exister.
Il très intéressant que certaines organisations européennes comme le VIDC soutiennent les manifestations contre le racisme. Les Mexicains peuvent en prendre de la graine.

Emmanuel Gonzalez (gardien de Tigues Mexico)

Quand as-tu commencé ta carrière professionnelle ?
Le 11 janvier 1997 avec l’Atlético Celaya.

As-tu déjà été confronté au racisme ?
Dans le football heureusement non, mais je suis sûr qu’au Mexique, il existe un raciste socio-économique que l’on retrouve également dans le sport. C’est pourquoi il est important de s’engager contre toutes les sortes de racisme.

Que signifient les gants pour toi ?
Ils sont un outil pour arrêter les buts.