FARE salue la position ferme de l’UEFA face au racisme13 mai 2009

Le président de l’UEFA Michel Platini s’est prononcé fermement contre le racisme à la suite des discussions avec le Comité exécutif de l’UEFA sur de possibles mesures en cas de comportements racistes lors de matches de l'UEFA.

Tolérance zéro
Lors d’une réunion à Bucarest, le Comité a réaffirmé avec Michel Platini qu’une tolérance zéro serait adoptée en ce qui concerne la loi 5 des Lois du Jeu – permettant aux officiels des matches d’arrêter, de suspendre ou d'abandonner un match en cas de perturbation extérieure quelconque.

Atteinte à la dignité humaine
Michel Platini a déclaré partager son indignation avec le Comité exécutif au sujet des divers incidents racistes qui ont terni la saison de football dans certains pays européens. Ces incidents sont un affront à la dignité humaine que l'UEFA ne peut ni tolérer ni passer sous silence. Garder le silence sur un tel sujet équivaudrait à se rendre complice, a-t-il ajouté.

Mesures concrètes
Le Comité exécutif a approuvé une clarification des règlements disciplinaires sur la base des Lois du Jeu afin de permettre à l'arbitre de stopper, d'interrompre ou, en dernier recours, d’abandonner un match si le comportement du public ne permet plus de protéger la dignité des joueurs. Des mesures concrètes doivent être soumises à l’examen du Comité exécutif lors de sa réunion à Vilnius, en Lituanie, les 1er et 2 juillet.

Le secrétaire général de l’UEFA David Taylor a déclaré à l’agence Reuters : Nous travaillons sur cette idée depuis longtemps, et l'heure est venue de permettre à un arbitre d’arrêter, de suspendre ou d'abandonner un match en raison d'une perturbation extérieure quelconque. Il pourrait s’agir de 10 minutes, ou d’une période plus longue selon les circonstances.

Décision saluée par les associations de lutte contre le racisme
Toute une série d'incidents racistes, essentiellement des chants racistes scandés par des supporters de l’équipe jouant à domicile et des supporters de l’équipe adverse, ont gâché de nombreux matches au cours de ces dernières années, et l’UEFA a souvent été critiquée pour avoir infligé des amendes et des sanctions trop faibles à l'encontre des clubs impliqués.

Piara Powar, directeur de l’association britannique Kick It Out, membre du réseau FARE, a déclaré :
Nous approuvons l’introduction de sanctions sportives comme un moyen beaucoup plus efficace de faire face au problème. Les amendes, même si elles sont utiles dans certains cas, ne sont pas dissuasives pour les clubs riches, lesquels sont capables de payer ces sanctions sans aucune difficulté. Le fait d’arrêter ou d’abandonner un match en cas de comportement discriminatoire, quel qu’il soit, montre clairement aux supporters et aux clubs qu’un tel comportement ne sera pas toléré.