Lutte contre l'homophobie dans les stades le 17 mai prochain07 mai 2009

La Ligue de Football Professionnel (LFP) et le Paris Foot Gay (PFG) unissent leurs efforts lors de la Journée mondiale de lutte contre l’homophobie, le 17 mai prochain. Pour la première fois, une opération nationale à été lancée auprès des clubs de football professionnel, sensibles eux aussi à cette lutte contre les préjugés.

A l'occasion de la 36ème journée de championnat de Ligue 1, plusieurs opérations de sensibilisation se dérouleront dans les enceintes sportives de Ligue 1 : un clip vidéo, réalisé par So Film et cofinancé par la LFP, sera ainsi diffusé sur les écrans géants du Parc des Princes (Paris Saint-Germain), de Geoffroy Guichard (Saint-Etienne) et de Louis II (Monaco) avant le début des rencontres de la soirée, le 16 mai.

Partenaire de longue date du PFG et premier signataire de la charte contre l'homophobie en 2004, le Paris Saint-Germain confirme son rôle de leader dans la lutte contre l'homophobie. Le club de la capitale a mis au point plusieurs animations lors de la rencontre PSG-Auxerre, le samedi 16 mai, à 21 heures. Les joueurs des deux équipes poseront avant le coup d'envoi devant une banderole Carton rouge à l’homophobie, le clip vidéo sera diffusé à plusieurs reprises et un tiffo « carton rouge » sera déployé par les spectateurs en tribune Paris. Auparavant, à 19h00, un lever de rideau aura opposé au Parc des Princes, l'équipe fanion du PFG au Variétés Club de France.

Les clubs d'Auxerre, de Monaco, de Nice et de Saint-Etienne ont par ailleurs pris l'engagement de rejoindre le PSG et la LFP en signant la Charte contre l'homophobie, lors de la saison prochaine.

Cette neuvième Journée nationale contre l'homophobie marque donc un tournant. Jamais le monde du football professionnel ne s'était mobilisé de cette façon. Le PFG espère que d'autres clubs le rejoindront dans cette lutte la saison prochaine.

Le Paris Foot Gay tient enfin à saluer la Ligue de Football Professionnel pour son soutien logistique et financier, sans lequel cette opération de sensibilisation du grand public ne pourrait avoir lieu.