La lutte contre le racisme engagée à Varsovie03 mars 2009

La troisième conférence Unite Against Racism (Unis contre le racisme) – organisée par l'UEFA, le réseau paneuropéen FARE (Football Against Racism) et le syndicat international de joueurs FIFPro – s'est ouverte mardi dans la capitale polonaise. Des intervenants ont appelé à célébrer et entretenir la diversité dans le football, et à accentuer les efforts menés dans le cadre de la campagne pour éliminer le racisme, l'intolérance et la discrimination du jeu.

Meilleure sensibilisation
La conférence, organisée par la Fédération polonaise de football (PZPN), regroupe 250 délégués issus d'associations nationales, de clubs, de ligues et d'organisations non gouvernementales, ainsi que des médias et du monde de la politique. Elle a pour objectif de sensibiliser davantage au fléau du racisme et de l'intolérance, de partager des idées et des expériences, et de rechercher des moyens de lutter contre un phénomène qui continue de gangrener le football.

EURO « magique »
Selon le secrétaire général de l'UEFA, David Taylor, il était logique qu'une telle conférence ait lieu en Pologne, pays co-organisteur du prochain UEFA EURO 2012™ avec l'Ukraine. « C'est à l'EURO 2008™ en Autriche et en Suisse que nous avons lancé notre campagne Respect », a rappelé M. Taylor. « Et avec quel succès ! Ce fut un tournoi de football magique, dans une ambiance de véritable fête du football. »

« Célébration » et « engagement »
« À quelques petites exceptions près, le comportement des supporteurs des équipes nationales a été irréprochable. C'était une véritable inspiration pour moi de voir les différentes nations se mélanger et se côtoyer dans les Fan Zones et dans les stades », a-t-il ajouté. « Voilà ce que devrait être le football – pas d'affrontements, pas d'insultes, pas de violences – juste une fête de notre sport et l'engagement des supporteurs de football dans le soutien de leur équipe nationale et de leur club. »

« Tolérance zéro »
Le secrétaire général de l'UEFA a rappelé les importantes décisions disciplinaires prises par l'UEFA contre le racisme ces dernières années, ainsi que l'élargissement des sanctions. « Notre message est celui d'une tolérance zéro dans nos stades de football », soulignait-il. « Le président de l'UEFA, Michel Platini, a écrit à tous les délégués de match au début de la saison, pour leur demander instamment de reconnaître la gravité de tout indicent raciste, et de faire en sorte que ceux-ci fassent l'objet de rapports adéquats. À l'UEFA, nous essayons d'être vigilants et sur nos gardes, et nous sommes prêts à agir au moindre incident. »

Changement possible
M. Taylor reconnaît que si les sanctions peuvent avoir un effet dissuasif, elles ne constituent pas la solution à long terme. « Elle réside dans une meilleure éducation, une meilleure sensibilisation et un changement culturel », affirmait-il. « Cela prend du temps et coûte des efforts, mais le changement est possible. Nos partenariats sociaux avec FARE et la FIFPro sont très importants. Nous avons besoin de leurs conseils d'experts et de leurs réseaux nationaux pour nous aider à faire passer notre message. Et nous avons besoin de la participation active des joueurs et des anciens joueurs pour rendre toute cette campagne crédible et adaptée à un public de football. »

Ambitions polonaises
S'exprimant au nom de la nation hôte, le secrétaire d'État polonais rattaché au ministère des Sports, Adam Giersz, et le président de la PZPN, Grzegorz Lato, ont annoncé qu'un nombre considérable de projets étaient en cours en Pologne afin de lutter contre la dangereuse menace du racisme. Des campagnes et des programmes pédagogiques à destination des supporteurs battent leur plein. Le gouvernement polonais est déterminé en particulier à éliminer toute possibilité d'incident raciste lors de la phase finale de l'EURO, en l'espace de seulement trois ans. Les autorités du football polonais, travailleraient sans relâche à promouvoir le message selon lequel le racisme doit disparaître.

Les joueurs comme modèles
Le secrétaire général de la FIFPro, Theo van Seggelen, a déclaré à la conférence que les joueurs professionnels constituent des modèles idéaux pour donner l'exemple dans la lutte contre le racisme. « En travaillant avec l'UEFA, FARE et d'autres groupes de soutien, nous pouvons faire en sorte que le football diffuse un message clair et fort contre le racisme », expliquait-il. « Nous pensons que les joueurs doivent jouer un rôle important, en éduquant les gens sur le fléau du racisme. C'est un match tout particulier que nous avons engagé (contre le racisme) – et nous devons le gagner. »

by Mark Chaplin/uefa.com